Menu
Du lundi au vendredi
9h à 18h
Possibilité de rendez-vous 
en dehors de ces horaires
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Point sur le délai de rétractation et la procédure de rupture conventionnelle 

Point sur le délai de rétractation et la procédure de rupture conventionnelle 

Le 12 juillet 2018
Pour le délai de rétractation de 15 jours d'une rupture conventionnelle c'est la preuve de dépôt de la lettre recommandée qui fait foi. Le défaut de remise au salarié d'un exemplaire de la convention de rupture conventionnelle vaut nullité de l'acte.

Selon la Cour de cassation (Cass. Soc. du 14 février 2018 n°17-10.035), la lettre de rétractation reçue par l’employeur après le délai de 15 jours mais envoyée par le salarié avant le délai de 15 jour est valable.

En effet, dans cette affaire les juges ont privilégié la théorie de l’émission à celle de la réception de sorte qu’il suffit que la lettre RAR de rétractation soit postée avant la fin du délai de 15 jours pour que la rétractation soit valable, peu importe que le jour de première présentation de la lettre recommandée (ou le jour de réception effective) soit postérieur au délai de 15 jours.

En d’autres termes, en matière de rétractation de rupture conventionnelle, la date à retenir est celle de la preuve de dépôt de la lettre recommandée.

Selon un autre arrêt récent de la Cour de cassation (Cass. Soc. 07 mars 2018 n°17-10.963), le défaut de remise au salarié d’un exemplaire de la convention de rupture conventionnelle entraîne la nullité de la convention et donc sa requalification en licenciement abusif.

En effet, la juridiction suprême rappelle que la signature de la convention de rupture en deux exemplaires remis à chacune des parties est exigée sous peine de nullité notamment pour permettre au salarié d’exercer son droit de rétractation en connaissance de cause.

Au vu de cette jurisprudence, il pourrait être utile pour les employeurs de se ménager une preuve de la remise au salarié d’un exemplaire de la convention de rupture conventionnelle.

Le risque pour l’employeur est cependant limité dans la mesure où c’est au salarié qui invoque l’absence de remise d’un exemplaire de la convention de rupture conventionnelle d’en rapporter la preuve.

Avocat en droit du travail à Paris 17, Maître BUSQUET vous conseille et vous assiste pour obtenir une indemnité pour licenciement abusif.

Pour prendre rendez-vous ou bénéficier d'un conseil juridique immédiat contactez votre cabinet d'avocats au 06.09.03.98.42 ou en remplissant directement notre formulaire de contact en ligne.

Notre professionnalisme et notre efficacité sont à votre service.

 

Témoignages
  • J’ai été licenciée de mon entreprise après plus de 4 années d’ancienneté lorsque mon employeur a su que j’étais enceinte.
    J’ai d’abord eu un avocat qui ne m’a pas donné satisfaction puis j’ai fait appel à Maître Damien BUSQUET.

    Maître Damien BUSQUET a saisi le Conseil de Prud’hommes de PARIS en 2015 pour obtenir la nullité de mon licenciement pour discrimination.

    Après plusieurs audiences (mon ancien patron s’étant mis en liquidation judiciaire, puis un jugement de départage) Maître Damien BUSQUET a obtenu la reconnaissance de la discrimination dont j’avais été victime avec le versement d’indemnités substantielles.

    Cette décision a été un grand soulagement pour moi car la justice me reconnaissait en qualité de victime.

...
Madame Jennifer B.

Voir tous les temoignages